COMMENT CHOISIR SON NOM DOMAINE ?

Choisir le nom de domaine de son site internet professionnel est une étape cruciale souvent négligée.

En effet, le nom de domaine d’un site internet est ce qui définit l’identité de la marque sur le web.

De plus, il n’est pas si simple d’en changer, surtout quand le site à prit de la maturité et que son référencement naturel commence à devenir efficace.

C’est pourquoi il est indispensable de prendre le temps de la réflexion et connaissance des quelques règles suivantes avant d’en effectuer la réservation et de se lancer dans la création de site internet pour son entreprise.

DEUX OPTIONS PRINCIPALES POUR CHOISIR SON NOM DE DOMAINE

IDENTITÉ DE MARQUE – BRANDING

Selon le positionnement de l’entreprise, le choix logique et intéressant peut être d’utiliser le nom de la marque, surtout si celui-ci est issu d’une recherche poussée ayant conduit à un nom inventé totalement unique.

Ce choix permet de renforcer la crédibilité de la marque et de contribuer à convaincre mieux les visiteurs.

RÉFÉRENCEMENT NATUREL SEO

L’autre option est de tirer parti des spécificité du webmarketing et de penser référencement naturel.

A ce titre, le nom de domaine verrait le nom de la marque être dilué avec d’autres mots clés afin d’appuyer un peu plus la stratégie de positionnement sur les moteurs de recherche.

NOS CONSEILS POUR CHOISIR SON NOM DE DOMAINE

Pour être efficace, un nom de domaine doit être simple, tant au niveau de l’orthographe que de la phonétique parce qu’il est indispensable que les prospects ne fassent pas d’erreur en l’écrivant ou en l’énonçant.

C’est pourquoi, il faut éviter d’utiliser des mots complexes, de faire des jeux de mots ou des fautes d’orthographe volontaires qui risqueraient de freiner inutilement la propagation de la marque.

L’objectif n’est pas nécessairement de trouver un nom de domaine original, mais de trouver un nom de domaine efficace d’un point de vue marketing.

ÊTRE AUSSI COURT QUE POSSIBLE

Toujours dans l’idée de rendre le nom de domaine (NDD) facilement mémorisable et transmissible, il est pertinent d’essayer de le garder aussi court que possible.

Mais, attention de ne pas aller trop loin, car les NDD très courts sont rares et trop chers quand ils sont disponibles.

INCORPORER DES MOTS CLÉS

Une technique relativement courante consiste à intégrer des mots clés dans le nom de domaine afin de lui procurer un bonus en terme de référencement naturel. Pour cela on peut utiliser des mots clés en rapport avec le secteur d’activité et/ou la zone de chalandise de l’entreprise.

Attention toutefois de ne pas pousser la logique trop loin et d’éviter d’utiliser ce que l’on appelle un EMD (Exact Match Domain soit un nom domaine uniquement constitué d’une expression clé concurrentielle) car cela pourrait rendre son référencement délicat.  On réservera éventuellement les EMD pour une prestation SEO complémentaire plus poussée.

UTILISATION DES TRAITS D’UNION

La présence de traits d’union dans un nom de domaine de plusieurs mots améliore considérablement sa lisibilité, cependant cela peut le rendre plus compliqué à énoncer ou à épeler.

La solution idéale consiste à réserver les deux versions et d’effectuer une redirection de celle sans tiret vers celle avec les tirets.

A noter que la présence ou non des traits d’union n’affecte en rien le positionnement dans les moteurs de recherche, il n’y a donc pas de contre indication à ce niveau.

En revanche, mettre plusieurs tirets les uns après les autres est fortement déconseillé, de même que l’emploi du fameux “tiret du bas” ( _ touche 8 ) ainsi que l’utilisation de caractères spéciaux ou accentués.

UTILISATION DES CHIFFRES

Pour les mêmes raisons de lisibilité, mémorisation, transmission, l’utilisation de chiffres dans le nom de domaine n’est pas recommandée puisqu’il faut aussi préciser s’il faut l’écrire avec des chiffres ou en toutes lettres. Cependant, si le nom de l’enseigne ou de la marque comporte des chiffres, il serait curieux que le nom du domaine internet ne les intègre pas.

INCORPORER LE STATUT JURIDIQUE ? 

Si incorporer le statut juridique de l’entreprise dans le nom du domaine peut sembler être une bonne idée, c’est finalement une option fortement déconseillée.

En effet, une auto-entreprise ou une EIRL peut très bien devenir une SARL ou une SAS (c’est même bien souvent l’objectif).

En cas de changement des statuts il faudrait changer de nom de domaine et donc perdre le bénéfice de référencement lié à son ancienneté, c’est pourquoi un NDD de la ” forme mon-entreprise-eirl.fr ” est à proscrire.

RESPECTER LES MARQUES EXISTANTES

S’il est possible d’enregistrer n’importe quel nom de domaine, leur utilisation est soumise à certaines restrictions.

En effet, avant d’enregistrer un nom de domaine il est prudent de vérifier qu’il ne correspond pas à une marque existante.

Évidement, il est interdit d’utiliser le nom d’une marque lorsque l’on n’en possède pas les droits, cela pourrait être considéré comme de la contre-façon ou de l’usurpation d’identité.

LES DOMAINES EXPIRÉS

Il est possible de trouver des nom de domaines expirés, c’est à dire des domaines qui ont eu une vie digitale et qui n’ont pas été renouvelés.

Bien qu’il soit déconseillé de s’en servir pour créer le site principal d’une activité professionnelle, il est totalement possible de s’en servir afin de concevoir un site secondaire ou satellite dans le cadre d’une stratégie SEO un peu poussée.

Si certains expirés peuvent apporter un vrai boost de notoriété, certains autres sont gangrenés par un passif spammy rendant le NDD inutilisable.

CHOISIR LA BONNE EXTENSION

En France, la majorité des noms de domaine ont pour extension .com ou .fr.

Si les deux sont libres, il est prudent de réserver les deux et d’effectuer une redirection du .com vers le .fr (ou l’inverse).

Mais, si le nom de domaine sélectionné n’est pas disponible avec ces extensions, il est possible d’opter pour un autre choix tel que : .org , .net , .info , .eu , .biz.

Il y a pléthore d’autres extensions, mais elles n’ont que peu d’intérêt dans la majorité des cas.

PROTÉGER SON E-RÉPUTATION

Afin de protéger la réputation en ligne d’une entreprise, d’un produit ou d’une marque et éviter le cybersquatting (c’est à dire une personne indélicate qui usurperait l’identité en enregistrant un NDD identique mais avec une autre extension), il est sage d’enregistrer le nom de domaine avec toutes les extensions les plus populaires disponibles (les autres apparaissant naturellement suspectes aux yeux des internautes avertis, ex : .xyz ) ainsi que les versions avec et sans tiret.

Cette technique est d’autant plus conseillée que le marché est concurrentiel, le ciblage de l’offre large ou que l’entité à représenter dispose d’une notoriété importante.

Contactez nous

Un projet en tête ? Besoin de visibilité ? Demander un devis ?